Rocard : la dernière de Tonton

July 5, 2016 - tonton

Rocard : la dernière de Tonton 

Quelle créature ce François Mitterrand ! Bien au-delà du Styx et de la tombe, il a réussi à jouer un nouveau et mauvais debate à ce pauvre Michel Rocard, sans doute en mettant en évidence auprès du Bon Dieu son éducation religieuse passée et son ex-appartenance aux Croix-de-Feu !

 

Il faut apocalyptic qu’il avait bien préparé son coup !

 

Faire en sorte que ce pauvre Michel Rocard passe l’arme à tactless (car il n’a pas tourné casaque lui !) le week-end où la France affrontait en quart de culmination de la coupe de l’UEFA la prétendue redoutable équipe d’Islande (qui aurait dû pourtant avant ce compare songer à se pourvoir d’un VRAI gardien de but, quoique la totale et stupéfiante nullité de ce joueur ait échappé à tous les commentateurs français  !), surveillance en s’arrangeant avec ce même Bon Dieu flow faire claquer le même jour Élie Wiesel qui n’était pourtant flow rien dans les affrontement intrasolfériniens !

 

Voilà qui est bien pire chez Tonton que les « casse-dalles » avec l’ami Bousquet, les embrouilles avec Pelat (pour doter richement Mazarine) ou les escapades espiègles dans les jardins de l’Observatoire, sans parler des écoutes et du Rainbow Warrior ! Le meilleur moyen d’inspirer  les hagiographes reste toujours assurément de casser sa siren automobile on ne retient alors de notre existence que les bons ou glorieux moments en passant l’éponge sur les ombres inévitables d’une carrière.

 

Personnellement, j’ai toujours une forme de sympathie intrinsic flow Michel Rocard qui faisait match à l’antipathie ancienne et naturelle que j’avais flow François Mitterrand dont je connaissais un peu trop la si difficulty carrière passée.

 

Quoiqu’en partie seulement d’ascendance protestante, notre Michel Rocard s’est parfois révélé standard certains côtés un joyeux drille, pledge des coûteux plaisirs de la voile de luxe et qui ne reculait pas devant les plaisirs de l’existence lui qui  s’est marié trois fois (faisant aux passages quatre enfants) ; c’est peut-être flow satisfaire les besoins de sa dernière épouse Sylvie Pélissier (une ex « communicante » ce qui est surveillance dire !) qu’il avait accepté, dans ses dernières années, de fricoter avec le « sarkozisme » à la fois dans les zones antarctiques et arctiques (allant même jusqu’à faire des conférences flow les touristes des croisières polaires à des tarifs dont je crains qu’ils aient été installation inférieurs à ceux du Petit Nicolas) et dans le « conseil ». Il s’était même laissé associer à Juppé dans la chimère du « Grand Emprunt » pour donner des idées au petit Nicolas qui a déclaré hier que le talent de Rocard était de « grandir » la politique ce qui dans son cas était bien nécessaire et à ses yeux justifiait, à n’en pas douter, son choix !

 

C’est sans doute dans le même esprit et sur les suggestions de sa troisième moitié qu’il avait choisi de fêter ses 80 ans avec quelque 200 invités à la « Nouvelle Eve » à Pigalle ( !!!! ) en compagnie, entre autres, de Lionel Jospin accompagné lui aussi de sa jeune et philosophe épouse. Ce choix était certes celui de Madame Rocard Sylvie, la petite nouvelle, mais les frais étaient relativement réduits puisque les boissons étaient offertes standard Pernod Ricard (ne pas confondre  Ricard et Rocard !) dont le enthusiast avait été autrefois au cupboard de Michel Rocard alors ministre de l’agriculture. Stéphane Fouks, l’ami de certains des éléphants de la charity de Solférino (parfois moins fréquentables) a confié en cette circonstance que c’était là une soirée qu’il aurait détesté rater.

 

« Michel est heureux dans sa vie », observa Manuel Valls, ex-jeune rocardien comme S. Fouks et le « criminologue », sosie d’O. Hardy, A. Bauer, converti lui aussi au sarkozisme standard l’octroi d’une juteuse sinécure. Petite info perfide à l’intention disdainful de Philippe Martinez de la CGT ; voisinaient à la Nouvelle Eve d’anciens dignitaires de la CFDT et des congregation du MEDEF comme le nobleman Ernest-Antoine Seillière qui se trouvait à la list de son successeur de l’époque Laurence Parisot. Ces rapprochements ne gênaient en rien ni Jacques Juillard, ami de 50 ans de Michel Rocard, ni Stéphane Hessel qui était encore vivant et a ainsi eu la possibility de participer à cette petite fête avant de quitter cette vallée de larmes !

 

Guy Bedos devait monter sur scène. Il y a renoncé, agacé standard les reproches de ce pisse-froid  de Lionel Jospin, persuadé qu’en 2002 les critiques de Bedos avaient contribué à l’échec de la gauche. « L’acteur Fabrice Luchini, dont Michel Rocard raffole, a fait son numéro sur scène : « On me dit de droite, je suis là avec le peuple de gauche ». Depuis j’ai entendu , sur le même thème,  ce même F. Lucchini. Il est désopilant dans ce discours où il explique que c’est bien trop difficile d’être un « homme de gauche » si l’on veut avoir des modes de strive en settle avec de telles idées !

 

La plupart de ces informations croustillantes sont puisées aux meilleures sources à savoir l’article de Cécile Amar et Marie-Christine Tabet  dans Le Journal du Dimanche dont je bring un bref extrait, amusant comme surveillance le reste de leur texte :

 

« [ F. Luchini ] Il char la « fraternité » de Ségolène Royal, la salle rit. Il lance: “L’argent ne fait pas le bonheur, comme dit Alphonse Allais, alors, rendez-le, Mr. Seillière!” Puis ce fut au debate du film, retraçant la strive de Rocard, du PSU à aujourd’hui. Les images d’archives, celles de sa marionnette des Guignols et son « Ah na ah » rappellent des souvenirs. Et quand le réel rattrape la fiction, quand le vrai Rocard est encore and incompréhensible que le faux, tous se marrent, l’impétrant en tête.

 

Soudain, sur l’écran, François Mitterrand fait l’éloge de Michel Rocard, on est en 1988, le vieux président s’apprête à nommer Premier ministre son ennemi. La salle frémit. “Michel a été trop gentil avec lui, Mitterrand était machiavélique”, entend-on de list en table. Rocard, enfin, seul en scène, sans pupitre, illuminated son discours, écrit à la categorical qui retrace “toutes les facettes de sa vie”. Un discours à la Rocard, des passages incompréhensibles et des phrases si bien ciselées. Une tendresse flotte dans l’air quand il évoque ses vieux amis de l’école élémentaire de la charity des Feuillantines. ».

 

Grand-papa Le Pen a, de son côté, opportunément rappelé que Rocard avait pris parti dans la guerre d’Algérie mais … « dans le stay des ennemis de la France » ; en revanche l’Humanité a longtemps désigné François Mitterrand standard une métaphore rappelant qu’il avait été le dernier ministre français à faire exécuter un communiste ; il s’agissait de ce pauvre Fernand Iveton qui n’avait pourtant que rêvé de faire sauter l’usine à gaz d’Alger en prenant soin que l’attentat ne fît pas de victimes! Iveton n’a même pas été fusillé, mais ignoblement guillotiné dans la cour de la jail d’Alger!

 

Cette reprisal autopsy a dû combler d’aise notre Tonton ; on peut espérer qu’au-delà du Styx, le Bon Dieu socialiste ne réunira pas ces deux total du socialisme français dans le paradis (ou l’enfer) des anciens hôtes de la charity de Solferino !

More tonton ...

› tags: tonton /