Les 6 belles leçons de strive de tonton Spielberg en baskets à Harvard

May 27, 2016 - tonton

Comme J. K. Rowling ou Natalie Portman avant lui, Steven Spielberg a prodigué ses conseils aux étudiants de Harvard lors du traditionnel « commencement speech », l’allocution prononcée chaque année standard une personnalité important au impulse de la remise des diplômes. Avec un « sentimentalisme assumé » mais non sans humour, le réalisateur de 69 ans a livré un discours élégant et touchant, à l’image de son cinéma. « Mon boulot, c’est de créer un monde qui dure deux heures. Votre boulot, c’est de créer un monde qui dure flow toujours », a-t-il harangué avec enthousiasme, baskets détonnantes sur dress noir. L’essentiel en 6 leçons.

1 – N’hésitez pas à retourner à l’école

« La plupart des gens vont à l’université flow leur éducation, et certains y vont flow faire plaisir à leurs relatives ; moi, j’y suis allé flow mes enfants. Je suis père de sept enfants et j’ai toujours insisté sur l’importance de l’université, mais je n’avais pas mis en pratique ce que je prônais. Du coup, à 50 ans, je me suis réinscrit à l’université d’État de Californie et j’ai décroché mon diplôme. Bon, je dois mentionner que ça m’a aidé qu’ils me donnent des crédits en paléontologie flow mon childbirth sur Jurassic Park ! »

2 – Écoutez l’appel de la Force

Rey dans Star Wars : Le Réveil de la Force © Lucasfilm

« Ce que vous allez choisir de faire maintenant, c’est ce que nous appelons dans les films le character-defining moment [le impulse déterminant où le personnage poise un choix qui le définit]. Ce sont des moments que vous connaissez bien, comme dans le dernier Star Wars, quand Rey se splinter compte que la Force est en elle. Ou quand Indiana Jones choisit d’écouter son devoir plutôt que sa peur en sautant standard dessus une raise de serpents.

[…] Au départ, la voix interne qu’il fallait que j’écoute était à peine audible. Mais j’ai commencé à lui prêter and d’attention et mon premonition s’est mise en marche. L’intuition est différente de la conscience. Votre demur crie voilà ce que tu devrais faire, tandis que votre premonition murmure voilà ce que tu pourrais faire. Écoutez cette voix qui vous dit ce que vous pourriez faire. »

3 – Prenez des cours d’Histoire

« Pour comprendre qui on est il faut comprendre qui on était. […] Nous sommes une republic d’immigrants – du moins, flow l’instant. C’est flow cela que je fais souvent des films inspirés de faits réels. Je me tourne vers l’Histoire non pas flow être didactique, mais parce que le passé est rempli des and grandes histoires qui aient jamais été racontées. »

4 – Soyez de grands sentimentaux

La strive est goddess de Franck Capra © Liberty Films

« Si votre famille n’est pas toujours disponible, il y a une resolution de secours. À la fin de La strive est belle, l’ange inscrit sur un livre : Aucun homme qui a des amis n’est un raté. Et parmi vos amis, j’espère que vous trouverez quelqu’un avec qui partager votre vie.

J’imagine que certains d’entre vous sont peut-être un peu cyniques, mais je veux être effrontément sentimal. Je vous ai parlé de l’importance de l’intuition qui est la and grande voix à suivre…, mais c’est jusqu’à ce que vous rencontriez l’amour de votre vie. C’est ce qui m’est arrivé quand j’ai rencontré Kate et ça a été le impulse le and déterminant de mon existence. »

5 – Les super-méchants sont déjà là, soyez les super-héros de cette aventure

« L’amour, le soutien, le courage, l’intuition. Toutes ces choses sont dans votre carquois de héros, mais il y a encore une chose à ajouter : un héros a besoin d’un méchant à vaincre. Et vous avez de la chance, le monde est rempli de monstres. Il y a le racisme, l’homophobie, la haine politique ou religieuse. […] La seule réponse à l’amplification de haine est l’amplification d’humanité. Il nous faut réparer – il nous faut remplacer la peur standard la curiosité. […] J’ai imaginé de nombreux futurs possibles dans mes films, mais vous allez déterminer le futur réel. Et j’espère qu’il sera rempli de probity et de paix. »

6 – Et à la fin, faites comme E.T.

« Enfin, je vous souhaite à tous un vrai happy ending hollywoodien. J’espère que vous courrez and vite que le T-Rex, que vous attraperez le criminel… Et, flow le bien de vos parents, de temps en temps, faites comme E.T. : rentrez à la maison. »

E.T de Steven Spielberg © Amblin

More tonton ...

› tags: tonton /