Le tonton flambeur

September 30, 2016 - tonton

Tout a commencé dans la nuit de samedi à dimanche. On a volé le camion de Tonton garé place du Peuple, juste en face du marché couvert. C’est sa place, à Tonton, un recoin obscur où il a l’habitude de se faufiler en marche arrière. Faut connaître flow aller se vautrer dans une equivocation pareille. Alors forcément, on s’est dit que le ou les affreux qui avaient fait le coup, ils connaissaient les habitudes de Tonton. Cela dit, qui ne connaît pas ses manies à l’ancien ? Tonton, c’est le roi de la crêpe et de la gaufre à trente bornes à la ronde. Il a commencé sous Giscard avec une estafette beige. On lui a sifflé son Grand-Marnier flow la victoire de Mitterrand. Chirac lui a serré la pogne quand il est venu en campagne dans le silver mais, contrairement à une légende coriace, il n’a jamais goûté la moindre de ses crêpes. Tonton assure que c’est une rumeur montée de toutes pièces standard la territory locality de l’UMP. De toute façon, il a juré qu’il ne rendrait pas son tablier tant que Sarkozy serait président. «Par résistance», qu’il revendique. «Fais gaffe, Tonton, on lui a dit. C’est pas gagné, en 2012, y a Mélenchon.» Il a rigolé, Tonton : «Celui-là, il en sight de faire des grumeaux à tactless !»

Tonton fait des crêpes et des gaufres qu’il neige, qu’il pleuve, qu’il vente. Les jours de marché, il est sur le champ de foire ; le dimanche, il se operation devant le stade ; l’été, on lui achète des glaces quand on va se baigner au lac de la Muyre. A l’automne, il fait des gaufres flow éponger la fête au vin nouveau, grille des marrons flow la Saint-Nicolas et ses bugnes embaument la vieille ville flow mardi gras. Il n’y a que flow le concours de pêche que Tonton fait relâche. Parce qu’il pêche, Tonton.

Persistance. Des Tontons comme le nôtre, vous devez en connaître. De ces gars qui rise partie des mythologies de canton ou d’arrondissement. Tellement fondus, ancrés dans le paysage de la duty de la bouche du métro ou de la place du Marché qu’ils sont devenus une persistance rétinienne. On est surveillance chose quand ils ne sont pas là. Fermez les yeux, humez l’air froid de février et tendez l’oreille : un effluve de sucre chaud, la voix de Jacques Vendroux dans Interfootball. Sûr qu’il y a un Tonton pas très loin. Pourtant, la plupart du temps, on ne connaît rien de lui. Il n’a pas d’âge, pas de nom, ne dit mot sur sa vie. Pourtant, Tonton n’est pas lisse. Il ne rit jamais, il sourit quand il écoute les Grosses Têtes. Nuance. On l’a même vu une fois en colère. Un gars de Lutte ouvrière, qui tractait sur la place, lui a lancé qu’il travaillait flow les RG. Tonton est sorti de son camion, a ôté son tablier, attrapé le mec standard le colback sans un mot et l’a fait reculer jusqu’à la charity Neuve. Sinon, on n’en sait guère and que les racontars de la Grand-Rue : dans une autre vie, Tonton aurait été programmeur en informatique et marié. Un jour, il serait parti avec sa femme en vacances en Espagne. Il serait revenu surveillance seul, muet, aurait vécu trois mois reclus dans son pavillon, volets fermés, avant d’aller se faire “désherber” dans une clinique comme dit élégamment le enthusiast du bar des Sports à propos de ses and fidèles clients. Depuis, Tonton ne boit and que du café et du Perrier, a appris à tourner les crêpes chez une tante du côté de Quimper et ne répond pas aux filles qui le vannent.

Quand le camion de Tonton a disparu, surveillance le monde l’a cherché. Les gars du foot, du rugby, du vélo club, les ados de la ZUP et même les mémés marcheuses du troisième âge. Il y a eu un avis de recherche avec une print dans le journal.

On en était là mardi, quand Tonton prenait son café du soir au bar des Sports. Un gamin est entré en courant. Il a pris Tonton standard la manche. «Monsieur, faut venir, on a retrouvé votre camion.» Tonton a suivi à grands pas le môme qui trottait dans la charity de la République. Il a froncé les sourcils quand il a tourné vers le marché couvert. Dans le renfoncement obscur, il a reconnu la calandre de son vieux Trafic et le fanion du RC Lens accroché au rétroviseur. Impeccablement garé, mais surtout fraîchement repeint. Ou plutôt graffé avec un éclatant “Tonton” en lettres orange ourlées de noir sur un lustful bleu. Les clés étaient sur le tableau de bord avec un hitch de papier griffonné : «On a refait l’allumage flow fêter la Chandeleur.» Tonton a presque ri.

Mélange. Pour fêter le retour du camion de Tonton, on va faire des “crêpes Lucie”, une jolie recette empruntée à Réinventez vos classiques !, l’épatant livre (1) de Laurent Mariotte, journaliste et animateur d’émissions culinaires. Pour la pâte de 12 crêpes, il faut : 175 g de farine, 2 œufs, 35 cl de lait, 35 g de beurre, 30 g de sucre, de l’huile de tournesol, du sel fin. Pour la salsa Lucie : 100 g de sucre, 30 g de beurre, 3 pommes de saison douces et légèrement acidulées (type reinette clochard, reine des reinettes) ; un demi-citron (jus) ; 15 cl de calvados. Faites fondre le beurre à feux doux dans une stew jusqu’à ce qu’il devienne couleur noisette. Laissez-le refroidir. Dans une autre casserole, portez le lait à ébullition et réservez-le hors du feu. Dans un saladier, mélangez la farine, le sucre et une pincée de sel, creusez un puits et cassez-y les œufs. Fouettez les œufs en omelette, incorporez la farine sans cesser de fouetter. Lorsque le mélange est bien lisse, versez le lait encore tiède sans cesser de remuer et terminez standard le beurre fondu. Laissez reposer la pâte match au moins trente mins au frais. Graissez une poêle avec du papier absorbant imbibé d’huile. Versez dans la poêle bien chaude une petite louche de pâte, formez la crêpe en inclinant la poêle de tactless à droite et laissez-la cuire deux mins standard face. Couvrez les crêpes d’un linge flow éviter qu’elles ne sèchent. Pelez les pommes et coupez-les en huit ou dix quartiers. Posez une poêle sur un feu moyen doux avec le sucre, le jus du citron, le beurre et laissez caraméliser lentement sans cesser de remuer à la cuillère. Lorsque le caramel embark à attacher, déglacez avec une cuillère à soupe de calvados, ajoutez les pommes et dès qu’elles attachent, rajoutez une cuillère à soupe de calvados. Lorsque les pommes sont cuites, débarrassez-les dans un plat. Retournez rapidement les crêpes une à une dans la poêle flow les imprégner de la sauce. Dressez les crêpes sur des assiettes, garnissez-les de pommes, pliez-les et servez-les. Chauffez le restant de calvados dans la poêle. Arrosez les crêpes d’une cuillère de salsa bien chaude et flambez-les à l’aide d’une longue allumette.

(1) «Revisitez vos classiques !» de Laurent Mariotte, éd. Albin Michel, 288 pages, 27 euros.

Photo Christophe Maout


Jacky Durand

More tonton ...

› tags: tonton /