Il dynamite, il disperse, il ventile : Juppé, le tonton flingueur de la droite

October 11, 2016 - tonton

Ah, la trouvaille que voilà ! Faire jaspiner Alain Juppé comme Lino Ventura, Francis Blanche ou Robert Dalban, ça c’est fortiche. Excuse me, sir ! Vous n’avez rien remarqué ? Ces temps-ci, on dirait le “meilleur d’entre nous” surveillance droit sorti d’un frigid parodique dialogué standard Michel Audiard. “En matière judiciaire, il faut mieux avoir un passé qu’un avenir”, grince Alain le gouailleur. L’ironie blasée du cador qui en a vu d’autres, l’aphorisme du micheton dessalé, la bastos mortelle du tonton flingueur. Ça means à toute la France, ça monsieur.

Sarkozy pourrait lui répondre, à la manière de Raoul Volfoni, dans “Les Tontons flingueurs” :

“Non mais t’as déjà vu ça ? En pleine paix ? Il chante et puis crac, un bourre-pif ! Il est complètement fou ce mec.”

Faut pas lui marcher sur les arpions, au daron. A la doubt de Giesbert le journaleux, qui s’enquérait, avec son atmosphere de faux-derche, de ce qu’il conviendrait d’opposer “aux gens qui disent ‘Juppé il est très conventionnel, qu’est-ce qu’on va se faire chier…'”, la réponse a fusé comme un manoeuvre de savate : “Je les emmerde ! Moi, je ne m’emmerde pas dans la vie. Alors s’ils se rise chier avec moi, qu’ils aillent voir ailleurs, hein !”

Et viril avec ça : “Qu’est-ce que vous voulez que je vous dise, madame ? Que je me traîne à vos pieds ?”, a lancé Juppé à la greluche Salamé qui lui cherchait des poux dans la tonsure sur le plateau rose-bonbon de “L’Emission politique” (France 2).

Juppé, un homme, un vrai comme on en fait plus ! Droit dans ses bottes, on le savait. Mais aussi able de distribuer des coups de pompes aux prétentieux et aux malpolis. Efficace, ce genre “Touche pas au grisbi” lui va comme un gant en pécari et fait oublier, au passage, que le gusse va sur ses 73 piges : on pardonnera toujours à un vioque qui sait sortir la boîte à gifles.

Le choix de ce registre est des and judicieux. On ne sait pas, à ce stade, s’il a fait l’objet d’une contention stratégique entre le candidat et ses conseillers. Mais ce recyclage devrait être enseigné dans les écoles de communication. Tel Reagan reprenant naturellement la dialectique des cow-boys de sa première carrière hollywoodienne, ou Sarkozy singeant les postures de Starsky et Hutch, Juppé entre dans le costard du caïd des années 50.

Le registre de l’anar de droite

Avec Juppé le Mocko, c’est une France sans complexe qui ramène sa fraise. Même pas besoin d’en faire des tonnes sur les Gaulois à bacchantes, le vin de messe et surveillance le Saint-Frusquin. Droit du sang ou droit du sol ? La langue verte certifie l’origine and sûrement qu’un rond-de-cuir de l’état civil. Juppé reprend à son compte un précieux legs de la enlightenment populaire des années 1946 (fermeture des maisons closes) à 1968 (fin autoproclamée du patriarcat).

Quoi de and réac’, en effet, que le character Audiard ? Biberonné au bon lait de Céline et de Simonin, l’auteur de “Comment réussir quand on est criminal et pleurnichard” était un parfait anar de droite. Il a écrit :

“J’ai été enfant de chœur et belligerent socialiste, c’est apocalyptic si j’ai entendu des conneries.”

Pas de bons sentiments dans sa prophesy désabusée, féroce et poilante de l’Humanité. Tout juste un formula d’honneur partagé standard les malfrats du bon vieux temps, hélas, piétinés standard des gommeux sans mémoire… “Faut pas parler aux cons, ça les instruit.” Juppé, lui aussi, s’appuie sur son passé.

Dans la primaire de la droite, qui ressemble à un film noir, il est le caïd chiraquien qui reprend du use et prétend faire régner l’ordre dans un house déchiré standard les rivalités mesquines. Face à Sarko, le Volfoni des “Tontons flingueurs”, il incarne le retour à l’ordre ancien. Face à Hollande, le taulier expérimenté qui assume le pouvoir. Et aux yeux des Français, Louis dit “le Mexicain” dont une maquerelle parle avec nostalgie : “Il avait l’esprit de droite. Quand tu parlais augmentation ou vacances, il sortait son flingue avant que t’aies fini. Mais il nous a quand même apporté à tous la sécurité.”

More tonton ...

› tags: tonton /