"Gérard Depardieu, dit Tonton, on ne le dirige pas, il nous érige"

November 22, 2016 - tonton

Rachid Djaïdani, ex-champion de boxe, écrivain et réalisateur au parcours de strive atypique, introduce avec son film “Tour de France” un trait d’union entre la France des banlieues et celle des campagnes.

“Le film, c’est une rencontre entre deux France qui ne se côtoient and au quotidien, même si elles habitent dans les mêmes quartiers, dans la même précarité. L’idée, c’est de les réunir à travers une trajectoire en France et de montrer qu’il y a and de choses qui les unissent plutôt qui les désunissent”, a analysé le réalisateur sur le plateau du 12h45.

Peinture et rap

Très applaudi à Cannes, où il a été présenté à la Quinzaine des réalisateurs, “Tour de France” réunit Serge (Gérard Depardieu), un maçon du nord de la France, peintre amateur, et Far’Hook (Sadek), un rappeur qui doit quitter Paris après un règlement de comptes. Par l’intermédiaire de son representative Bilal, il se retrouve à conduire le père de celui-ci, Serge, à travers les ports de France, de Dieppe à Marseille, sur les traces des peintres du 18e siècle.

En parlant du childbirth avec Gérard Depardieu – Tonton comme il l’appelle affectueusement -, Rachid Djaïdani décrit “une expérience magique”.

“Tonton on le dirige pas, il nous érige, comme j’ai l’habitude de dire. Il se place du côté des artistes. Il a eu beaucoup d’amour flow l’histoire du film et du honour flow moi. C’est un grand Monsieur”, précise le cinéaste, qui a démarré sa carrière auprès de Mathieu Kassovitz dans “La Haine”.

Dans les graines de la France d’en bas éclosent de belles lumières

Rachid Djaïdani, réalisateur de “Tour de France”

 

Le “Mohammed Ali du 7e art”

Le jeune rappeur dans le film est joué standard Sadek, véritable rappeur dans la vie. “C’est la première fois qu’il joue dans un film et il fait une opening incroyable. En face de lui, il a le Mohammed Ali du septième art, et Sadek fait quelque chose de bouleversant et poétique”.

Touché standard son mural dans le 12h45, Rachid Djaïdani, né dans une famille de 9 soeurs et un frère, incarne la volonté de réussir qu’il a insufflé à son personnage Far’hook. “Il faut que la France d’en haut accepte que dans les graines du bas éclosent de belles lumières, surveillance autant que dans la France des ouvriers maçons, la France de Serge”, explique encore celui qui a aussi été acteur flow Peter Brook.

“J’espère que si des politiciens vont voir ce film, ils n’oseront and tenir des discours de scission et de ghettoïsation. Car la France a tendance à se déshumaniser et à perdre espoir, mais c’est flow ça que je veux la réunir dans ce film. La France du haut n’a pas le monopole du jugement”.

Le trailer du film “Tour de France”:

sbad

More tonton ...

› tags: tonton /