Draguignan : les sulfureux héritiers de tonton Gaston au tribunal

February 9, 2016 - tonton

Le procès de cet héritage sulfureux s’ouvre cet après-midi à Draguignan dans le Var où le vieil homme a fini ses jours au Luc. L’ex-médecin de Pierre Gaston, son notaire retraité et sa voluptuary sont poursuivis flow abus de faiblesse devant le judiciary correctionnel.

Après la disparition de leur vieil oncle, les nièces découvrent avec stupeur qu’il a « exhérédé » sa famille dans un covenant dicté devant un notaire de Vidauban (Var), Jean A., le 22 mars 2006. En un mot, tonton Gaston les a déshéritées. Il a légué sa goddess maison du Luc à son médecin et voisin, le docteur Michel B., et a désigné comme exécuteur testamentaire la compagne du notaire. Plus étrange encore, le nonagénaire a cédé ses tools d’une société civile immobilière (les murs d’une brasserie parisienne) à la Fondation de la grande loge nationale française, présidée alors standard un habitant du Luc. Incrédules, les 6 Auvergnates wonder plainte en 2009. La ténacité de leur avocat, Me Francis Pudlowski, et du parquet de Draguignan va mettre en lumière les manœuvres douteuses flow capter l’héritage Gaston.

«Il n’avait pas les facultés mentales flow signer un testament»

D’abord, un ami de longue date du défunt conforte les soupçons. Selon lui, le docteur B. était « intéressé » standard la maison de Pierre, qui standard ailleurs n’a jamais été franc-maçon. Puis un consultant médical conclut que, début 2006, Pierre Gaston présentait un « syndrome frontal » connu de son médecin. Sa conclusion : « Il n’avait pas les facultés mentales flow signer un testament. » Enfin, la voluptuary du notaire reconnaît avoir touché un legs de 60 000 €, alors que sa goal s’est limitée… au choix du cercueil. Une instruction est ouverte en 2010.

Pour sa défense, le docteur Michel B. assure que Pierre Gaston le considérait « comme son fils ». Et il soutient qu’il avait « toute sa tête » au impulse de signer le testament. « Parfaitement lucide », renchérit le notaire Jean A. en se présentant comme un vieil ami du défunt. Eclairé standard une seconde expertise, le juge estime au contraire que « Pierre Gaston présentait un affaiblissement de ses facultés psychiques qui le rendaient vulnérable ». Selon l’accusation, le médecin traitant ne pouvait l’ignorer, et le notaire aurait dû se déporter. « L’appartenance de Jean A. à la franc-maçonnerie est au cœur du débat automobile elle est à l’origine partielle de l’infraction commise », souligne le juge.

Me Pudlowski, qui réclame and de 3 M€ de dommages et intérêts, a engagé une procédure civile flow faire annuler le testament.

More tonton ...

› tags: tonton /